Transition écologique et biodiversité 

Préserver et renforcer la Biodiversité de Die et du Diois

Avertissement aux lecteurs : cette fiche a été rédigée par une commission de « Die, Commune en vie ». 
Les propositions formulées constituent des bases de travail pour la prochaine mandature. Elles seront réexaminées au cas par cas dans le cadre de commissions municipales ou extra-municipales.

Objet de la commission : 

Accompagner l'équipe municipale élue à systématiquement prendre en compte la transition écologique dans tout projet politique proposé au vote des conseillers municipaux. Il s'agit bien d'accompagner chaque projet pour qu’il prenne en compte à la fois solidarité, économie, écologie et gouvernance.

Constats:

La ville de Die est riche de son environnement naturel. Or la nature est peu présente en ville ou dans les zones nouvelles et artisanales. Cette nature est peu ou mal connue. 

Les aménagements réalisés ces dernières années ont souvent contribué à augmenter les surfaces artificialisées (centres commerciaux, parkings, aménagements de places en béton désactivé), malgré quelques efforts insuffisants. 

La gestion des espaces verts et du patrimoine arboré prend peu en compte des critères écologiques, notamment lors d’abattages et d’élagages. 

 

Lois qui encadrent le sujet : Juillet 1976 et suivantes 

Enjeux: 

·    Se doter d’outils afin que la biodiversité constitue un critère de décision pour tout projet dans le Diois. 

·    Vivre avec la nature car nous en sommes un élément. 

·    Prendre conscience que la nécessité de préservation de la nature est un enjeu vital 

·    Limiter l’érosion de la biodiversité voire créer les conditions de son amélioration, par l’action locale 

·    Améliorer le bien-être de tous en permettant un contact direct avec la nature (en ville, dans les écoles, les quartiers, dans les zones artisanales) 

·    S’adapter au changement climatique par une végétalisation qui atténue le risque d’îlots de chaleurs 

·    Imaginer et définir pour chaque quartier, les zones à végétaliser, avec les habitants, occupants, utilisateurs concernés, associations, élus et services municipaux. 

·    Associer le renforcement de la biodiversité et le développement d'une agriculture de proximité (jardins nourriciers, « incroyables comestibles », installation maraîchage bio, ferme municipale) 


Cadre politique à poser en début de mandat

·    Former les élus et les techniciens aux enjeux de biodiversité et à une forme de « culture espaces naturels », pour accompagner le changement de regard sur la nature

·    Instaurer les clauses sociales et environnementales dans tout marché public passé par la mairie, et pousser ces critères au maximum dans l'élaboration du marché. Travailler avec soin ce qui est permis, et/ou imposé, par le Code des Marchés Publics

                   -->  Voir : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/orientations-strategiques-des-marches-publics-verts

·    S'engager dans un inventaire participatif communal et intercommunal, savoir d'où on part pour savoir où on va, via l'ABC (Atlas de la Biodiversité Communale) ; se rapprocher de Romans sur Isère où un ABC a été récemment mis en place.


Objectifs à atteindre à l’horizon 2026 pour Die, Commune en Vie

·     Améliorer les conditions du maintien ou du développement de la biodiversité sur la commune

·     Disposer d’un ABC afin de connaître finement la biodiversité communale et d’inventorier les zones sensibles pour les espèces sauvages afin que les aménagements décidés par la commune ne soient pas préjudiciables

·     Proposer des moyens de protection, de sensibilisation (éducation, information…)

·     Élaborer un plan communal de développement de la nature sur la base de l’ABC, avec les habitants et partenaires concernés et en lien avec le PLUI.

·     Végétaliser les cours d’école, la ville, les zones artisanales (en partenariat avec la CCD), etc. Notamment en instaurant le permis de végétaliser (réalisé à Aouste-sur-Sye)

Propositions d'actions ou de démarche avec échéancier

Propositions 

- Intégrer la biodiversité comme un critère de décision pour tout projet – préciser les critères

- Végétaliser au maximum en commençant par les cours d’école 

- Instaurer le permis de végétaliser (voir P3) 

- Lancer l’ABC (cahier des charges type existant, budget de 15 à 30 k€) 

- Effectuer des relevés naturalistes (faune, flore) 

- Cartographier les enjeux

- Mobiliser les acteurs dans chaque domaine 

- Proposer des actions de sauvegarde et de protection

Suivis des actions sur le long terme. 

Date

2020-2021


2020-2021-2022

2020-2021

2021


2021-2022

2022

Selon les résultats des connaissances acquises

Selon les résultats des connaissances acquises

Pour aller plus loin (liste non exhaustive)

- Site de l’Agence Française pour la Biodiversité : https://www.afbiodiversite.fr/soutenir-les-atlas-de-la-biodiversite-communale

- Cahier des charges de l’ABC, en cliquant ICI
- Site : Agir pour la Nature en ville
- Site: Agir pour la biodiversité.
- Livre: Du bon usage des arbres - Un plaidoyer à l'attention des élus et des énarques de Francis Hallé.
  A retrouver ICI
- Publications de la Société nationale de la protection de la nature à retrouver ICI
- Prendre en compte les corridors biologiques.

- Neutraliser les pièges mortels pour la faune sauvage. (Exemple : mise en place d’un crapauduc pour les travaux de la future zone de tri et de réemploi de Die)

- La faune dans les bâtiments, nombreuses possibilités de prise en compte dans la restauration du bâti : voir par exemple ICI pour des nichoirs à martinets, hirondelles, chauve-souris, chouettes...

- Biodiversité et bâti : voir ICI

Un exemple concret: le permis de végétaliser

Le permis de végétaliser a été mis en place dans de nombreuses villes. Chaque habitant peut demander à entretenir un espace proche de chez lui ou de son travail. Les projets collectifs passent par le conseil de quartier ou équivalent. La commune propose des lieux (bacs, délaissés divers) où planter. Les habitants peuvent demander à « débitumer » un bout de trottoir ou de voirie, demande étudiée par les services techniques et l'élu référent.  Un cahier des charges est réalisé par la mairie (pas d'espèces envahissante ou allergisante, priorité aux espèces locales peu gourmande en eau, possibilité de plantes comestibles, de plantes messicoles, de plantes mellifères, etc.). La mairie peut aller jusqu'à proposer des « kits de graines » ou « kits de plantes ». L'emploi de pesticides ou herbicides est interdit, comme pour la gestion des espaces verts de la collectivité (depuis janvier 2017).  Il faut veiller à ce que les végétaux en grandissant ne gênent pas la circulation piétonne, cycliste ou motorisée.

 

L'idée : embellir la ville, proposer gîte et couvert à de nombreux insectes qui favorisent la pollinisation d'autres espèces (les insectes sont à la base de la pyramide alimentaire : leur présence en nombre favorise donc la présence de leurs prédateurs tels hirondelles et martinets), créer du lien social entre les habitants, recréer de petits îlots où la nature peut s’épanouir.

 

=> Une action facile à mettre en place, tant au niveau technique qu'au niveau de la gouvernance et peu coûteuse pour la collectivité. Des résultats visibles rapidement.

Quelques exemples d'ailleurs: 

https://www.quechoisir.org/actualite-permis-de-vegetaliser-les-regles-a-respecter-n9117/ 

https://www.montpellier.fr/4396-permis-de-vegetaliser.htm 

https://plainecommune.fr/permisdevegetaliser/