Economie locale: un atout pour sortir de la crise actuelle

Avertissement aux lecteurs : cette fiche a été rédigée par une commission de « Die, Commune en vie ». 
Les propositions formulées constituent des bases de travail pour la prochaine mandature. Elles seront réexaminées au cas par cas dans le cadre de commissions municipales ou extra-municipales.

A l’issue de cette période de confinement et d’interrogations sur ce que sera le monde de demain, Die, Commune en Vie s’est interrogée sur l’Après dans le Diois et sur les défis que nous devrons relever pour soutenir les acteurs économiques qui font la richesse de notre territoire.

Ainsi avons-nous défini 4 priorités : soutien aux entreprises les plus en difficulté, relance de l’économie locale en renforçant les PME et TPE existantes et en encourageant la création de nouvelles activités, appui des acteurs économiques historiques du Diois, développement d’une nouvelle forme de tourisme, plus respectueuse de la nature et du patrimoine naturel unique de notre vallée.

Priorité n°1 : Soutenir les activités présentes sur le territoire dans leur développement et leurs évolutions

Appuyer les commerces de proximité pour maintenir leur activité en travaillant régulièrement avec les commerçants et leur(s) association(s) et en créant un « baromètre de fréquentation » pour identifier ceux qui sont les plus en difficulté et qui pourraient nécessiter un soutien ponctuel ou sur le plus long terme.

Inscrire cet appui dans un programme plus large de redynamisation du centre-ville : rénovation des façades, végétalisation des espaces publics, aménagement de « points de rencontre » dans les quartiers, création de parcours « Découverte du patrimoine », diffusion de « Portraits de commerçants » dans le cadre de manifestations « renouvelées » et la mise en place de nouveaux évènements culturels et fédérateurs à travers la ville tout au long de l’année.

Enfin, encourager la création d’une vraie monnaie locale pour favoriser le commerce de proximité et les circuits courts (du producteur au consommateur en évitant les intermédiaires).

Priorité n°2 : Renforcer le tissu économique local en appuyant nos PME et TPE. 

Dans cette optique et pour rester à l’écoute de leurs besoins et de leurs attentes, nous envisageons de reconstituer le Groupe Initiatives Diois afin qu’il devienne un lieu d’échange, porteur de nouveaux projets et initiatives qui pourront voir le jour à travers une structure dédiée du type « pépinière d’entreprises ». Pour cela, nous mettrons un élu à leur disposition.


Encourager la création de nouvelles activités : à la fois de commerces traditionnels, en facilitant l’accès aux locaux commerciaux et en apportant un appui technique et administratif au montage des projets mais aussi en les complétant avec de nouvelles activités économiques, notamment celles qui sont en lien avec le service à la personne : des espaces de co-working ou de télétravail (comme LATELIER ou l’espace Barral), des navettes inter-village les jours de marché, la mise en place d’une conciergerie (ouvrir, fermer des logements, mettre le chauffage, faire des courses…).

En parallèle, nous postulerons pour lancer une démarche « territoire zéro chômeur » qui est une expérimentation lancée par le Ministère du Travail visant à résorber le chômage de longue durée en incitant à la création d’Entreprises à But d’Emploi en soutenant des structures essentiellement associatives.

Nous encouragerons et faciliterons l’installation d’entreprises sociales et solidaires comme les SCOP ou les SCIC (ex : La Carline ou dwatts dédiée à la production d’énergies renouvelables …) et celle d’entreprises qui participent, par leur activité économique, à la lutte contre le changement climatique et qui participent à la transition énergétique (ex : soutien à la création d’entreprises spécialisées dans l’installation de chauffe-eaux solaires qui ne sont pas aujourd’hui assez nombreuses sur notre territoire pour répondre à la demande).

Nous étudierons également la création d’un pôle « basses technologies » sur la zone d’activités ou d’autres sites dans le Diois qui regrouperait des entreprises qui conçoivent et développent des techniques  simples, pratiques et économiques qui peuvent être facilement copiées, modifiées, réutilisées et qui correspondent pleinement aux aspirations et aux potentialités de notre territoire (ex : éoliennes individuelles, générateurs d’électricité sur les canaux d’irrigation, fours solaires, monte-charge à bicyclette).

Enfin, nous serons également attentifs aux problèmes liés à la formation professionnelle : nous appuierons la valorisation des savoir-faire locaux et nous rechercherons des hébergements complémentaires pour les stagiaires.

Priorité n°3 : L’économie locale, c’est aussi nos agriculteurs, acteurs économiques historiques de notre territoire : 

Dans cette optique, nous envisageons de créer une commission extra-municipale qui réunira les agriculteurs.trices volontaires de la commune pour aborder, ensemble, les principaux problèmes et les enjeux auxquels ils sont confrontés : disponibilité en eau, reprise de leur exploitation et installation de jeunes agriculteurs.trices, transition progressive d’une agriculture conventionnelle vers le bio, développement des circuits courts, recherche de solutions innovantes pour que nous restions, avant tout, un territoire de productions agricoles…

Priorité n°4 : Enfin, une attention particulière sera portée sur le secteur du tourisme,

Tourisme, premier générateur d’activités et d’emploi avant la crise du COVID 19 et qui nécessitera un appui particulier pour sa relance, dans un contexte plus global de dérèglement climatique (moins d’eau en été, absence de neige en hiver…), auquel ce secteur ne manquera pas d’être confronté. 

C’est pourquoi, nous avons pour objectif de promouvoir un tourisme socialement et écologiquement responsable en lançant des campagnes d’informations sur la nécessaire réduction de la consommation d’eau ou l’impact de la sur-fréquentation de notre rivière sur ses écosystèmes…
Le tourisme devra également se raisonner à l’échelle de la vallée , c’est-à-dire des 3 intercommunalités de la vallée, qui ont en commun la rivière Drôme, et et un patrimoine historique culturel et naturel exceptionnel. 

La prise en compte de ces 4 priorités et la concertation avec tous les acteurs impliqués sont les clefs de notre développement.
Les ignorer nous amènerait à nous enfermer dans un modèle obsolète : celui de l’ancien monde, le monde d’avant…


Pour conclure, rappelons ici que chacun de nos projets devra répondre positivement à 4 questions quelque soit sa thématique comme nous nous y sommes engagés :


1. Limite-t-il les causes et effets du dérèglement climatique et crée-t-il de la biodiversité ?
2. Renforce-t-il les solidarités entre les habitant-e-s du territoire ?
3. Soutient-il notre économie locale et développe-t-il les initiatives donnant plus d’autonomie à Die et au Diois ?
4. Respecte-t-il le principe du partage de la gouvernance et de la prise de décisions ?